Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Newsletter

Éditorial

Accidents médicaux - Infections Nosocomiales

Le LIEN est une association agréée d’aide aux personnes victimes d’accidents médicaux, spécialiste des procédures amiables devant les commissions régionales d’indemnisation.

Le LIEN lutte contre les accidents médicaux et contre les infections nosocomiales.
Pour soutenir nos actions adhérez ou faites un don. Merci.
http://lelien-association.fr/asso/?…

Le LIEN est membre de https://www.france-assos-sante.org/

Actualités
http://www.medicilline.com/accueil/…

Ensemble, luttons contre l’abus d"antibiotiques avec Antibio’Malin, un espace en ligne thématique contenant des informations pratiques à destination de tous sur sante.fr.
ckic sur https://www.sante.fr/antibiomalin

Nos activités d’aide aux victimes d’accidents de soins continuent pendant l’épidémie :

Notre messagerie pour recevoir vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr
tél. 06 75 86 10
12
Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infections nosocomiales.

Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuite devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Nous aidons gratuitement nos adhérents pour conduire la procédure, les aider à demander leur dossier médical et le présenter au mieux pour obtenir une indemnisation des préjudices.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…

Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville
( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.

Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.*

N’hésitez pas à demander un 2e avis quand vous avez besoin d’une confirmation de traitement ou diagnostic notamment en cas de traitement lourd.

Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

Et toujours,
Un masque oui, mais sur le nez aussi. et le respect des gestes barrières, nous ne sommes pas encore sortis de la crise.
https://www.youtube.com/watch?v=RxY…

« Tuer le messager n’efface pas la mauvaise nouvelle  »
hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nous sommes membre de https://www.france-assos-sante.org/

Antibiotiques, le bon usage pour lutter conte l’antibiorésistance

La Covid-19 nous a appris les gestes barrière, gardons les ; il est indispensable de continuer à nous en servir pour lutter contre les infections courantes.

En effet, moins il y aura d’infections, moins on utilisera d’antibiotiques.

Le cas de la prescription inadaptées d’antibiotiques pour traiter l’angine est un sujet classique, la majorité des angines étant d’origine virale, les antibiotiques ne sont pas efficaces pour la traiter.

Ils ne le sont que dans les cas d’angines plus rares (moins de 20%) lorsqu’elles sont d’origine bactérienne. Il existe un test rapide d’orientation diagnostique (TROD) pour savoir de quel type d’angine on souffre, disponible en pharmacie ou réalisé par son médecin généraliste, mais il n’est pas systématisé et malheureusement, dans le doute, il arrive encore trop souvent que des antibiotiques soient prescrits en première intention pour des angines virales.
Le lavage régulier des mains est encore un des gestes les plus efficaces pour éviter la propagation des angines.

Ainsi, à l’instar de l’exemple de l’angine, rappelons que les antibiotiques ne sont pas efficaces sur les infections virales.
Il est cependant important de lutter efficacement contre tous les types d’infection, même les infections virales comme la grippe, notamment grâce au vaccin, d’une part car il y a encore trop d’usage inapproprié d’antibiotiques pour ces maladies, d’autre part, car elles peuvent se compliquer avec des surinfections, bactériennes cette fois-ci, et qui nécessiteront alors une prise d’antibiotiques qui aurait pu être évitée.
en savoir plus :

https://www.france-assos-sante.org/…

5 juillet LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CONDUITES ADDICTIVES CHEZ LES JEUNES

visioconférence le mardi 5 juillet 2022 de 14h à 16h sur le thème de
LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CONDUITES ADDICTIVES CHEZ LES JEUNES

Visioconférence ouverte à tous et gratuite, *
n’hésitez pas à partager l’information et le flyer en PJ.
Pour recevoir le lien de connexion, il suffit d’écrire à
sarah@coucousarah.com

Lumière pulsée et épilation, peut-on sauver sa peau ?

L’épilation en soi n’est pas un acte anodin si l’on veut garder une peau en bonne santé.

Et non ! le rasage intégral n’est pas hygiénique ; il est juste une mode assez stupide quand on n’est pas professionnel(le) à poil, et encore ?

Quelle que soit la technique, par rasage ou épilation manuelle, l’élimination des poils est une agression pour la peau qu’elle expose aux risques de contamination bactérienne, virale ou aux mycoses.
Quant à l’épilation intégrale, elle est dénoncée par les infectiologues comme augmentant les risques d’infections et d’exposition aux MST.

Les poils ont une fonction naturelle de protection ; ils sont un rempart contre les agressions de la peau. Ils protègent de la chaleur, du froid et des rayons du soleil ; en retenant les gouttelettes de sueur, ils protègent de la déshydratation cutanée et forment aussi un coussin protecteur contre les irritations par frottement de la peau.

Se raser ou s’épiler peut paraître anodin mais pour la peau, c’est une agression, un geste qui la rend plus vulnérable aux infections.
Plusieurs infections comme les infections génitales à herpès, les infections urinaires, les mycoses génitales ou celles à molluscum contagiosum considérées comme de très contagieuses MST virales sont souvent associées à l’élimination des poils pubiens essentiellement par rasage.

Il est bien connu des chirurgiens que le rasage provoque des micro plaies où peuvent se cultiver des bactéries, c’est pourquoi le rasage pré opératoire a disparu des bonnes pratiques de préparation à l’intervention.

Arracher le poil et son follicule par épilation manuelle crée une micro effraction de la peau, et donc une porte d’entrée aux infections, cela se comprend facilement. Le matériel devrait être stérile surtout pour épiler les parties génito-urinaires et la peau parfaitement propre. On ne doit jamais s’épiler manuellement sans nettoyer parfaitement sa pince et bien se laver les mains comme la zone à épiler.

La technique d’épilation par lumière pulsée est-elle meilleure pour sauver sa peau ?
Cette technique utilise un appareil que l’on appelle un épilateur à lumière pulsée qui permet de réaliser une épilation semi-définitive, parfois quasi permanente, chez soi ou en institut.
Elle ne marche pas ou très mal sur les poils blonds, blancs ou très fins.

L’appareil se compose d’une lampe qui émet des rayons lumineux appelés flashs. Ses rayons sont diffusés directement sur le bulbe ou racine de chaque poil .

Les risques pour les yeux ?
Attention même si ce rayonnement n’est pas un rayon laser, il faut bien protéger les yeux car cette lampe émet des rayons lumineux intenses susceptibles de provoquer des lésions oculaires très graves et parfois des lésions irréversibles de la rétine.

Les risques pour la peau ? De la simple rougeur à la brûlure.

L’épilation à lumière pulsée a mauvaise réputation pour la peau ; en émettant une chaleur intense, la lumière provoque automatiquement une rougeur de la peau qui peut s’aggraver avec démangeaisons et aller jusqu’à une vraie brûlure ou une dépigmentation de la peau.

C’est pourquoi, elle est contre indiquée sur des peaux fragiles, affectées de lésions cutanées, ou sur des grains de beautés et des zones tatouées mais pas seulement.
Cette technique est contre indiquée chez les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées, ou sous traitement photo sensibilisant dont vous trouverez la liste sur le site doctissimo :
https://www.doctissimo.fr/html/form…

Elle est évidemment aussi contre indiquée aux personnes photosensibles, allergiques à la lumière comme au soleil, aux personnes à peau bronzée ou noire et à toute peau où les rougeurs sont difficiles à voir, ainsi qu’aux personnes à peaux très blanches.

Vous trouverez de nombreuses vidéos de témoignage sur Internet en tapant :
brulure épilateur lumière pulsée

Si malgré tout, vous êtes tenté (e) s par une épilation à lumière pulsée, nous ne pouvons que vous conseiller de consulter un médecin dermatologue et voir avec lui si vous n’avez aucune contre indication.

Articles précédents