Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > COVID-19 : Entre responsabilité de l’Etat et responsabiité individuelle

Article

COVID-19 : Entre responsabilité de l’Etat et responsabiité individuelle

18 avril

Il y a des experts mais au final « la décision est toujours politique » . ( Président Macron)
et pourtant, sans éclairage scientifique, comment réduire les effets d’une catastrophe sanitaire ?

Le lundi 13 avril, le Président avait indiqué que pour leur protection, « nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps. »

Puis, ce mercerdi, le Pr Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique, disait au Sénat que pour les personnes d’un certain âge, de 65 ou 70 ans, le confinement serait poursuivi.

Devant la montée du débat sur la situation des plus de 65 ans, l’Elysée a fait une mise au point ; il ne souhaite plus de discrimination des personnes âgées dans le cadre du déconfinement progressif après le 11 mai.

Le juste équilibre entre protection et liberté de chacun s’avère diffcile à trouver.

Tout en craignant qu’un relachement global de tous n’aggrave la situation sanitaire des français, le Président en appelle à la responsabilité individuelle de chacun.

Si l’on rapproche ces propos de l’idée d’une servitude volontaire aux applications smartphones qui fonctionnent déjà dans une forme de juridique inconnue, et présentée comme « une démarche citoyenne » permettant de suivre les déplacements des utilisateurs volontaires, la question est posée du glissement de la responsabilité de l’Etat vers celle des citoyens.

La Ligue des droits de l’Homme, pointe l’exemple de CoronApp, application créée en 78 h dont le slogan : « Mieux qu’un vaccin une application. » présentée comme « une démarche citoyenne », et dénonce une approche dangereuse : « une forme de servitude volontaire » qui pourrait se transformer plus tard en contrainte avec l’ injonction d’être « un citoyen responsable ».

« Le principe est simple, l’application suit les mouvements des utilisateurs pendant 14 jours. Si un porteur du virus se déclare comme infecté par le Covid-19, l’algorithme va retracer son parcours pour vérifier les personnes qu’il/elle a croisées et les informera via une notification [sur smartphone] de l’heure et de la date à laquelle ils ont été en contact avec cette personne. »

en savoir plus
https://www.ldh-france.org/la-crise…

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés