Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Un masque maison, c’est mieux que pas de protection du tout. Etude Cambridge (...)

Article

Un masque maison, c’est mieux que pas de protection du tout. Etude Cambridge 2013

18 mars

https://www.cambridge.org/core/jour…

Cette étude amène du crédit au masque maison, petite étude certes mais à porter au crédit du masque maison.
Selon cette étude publiée en ligne par Cambridge University Press : 22 Mai 2013, tous les matériaux de type maison ont été évalués pour leur capacité à bloquer les aérosols bactériens et viraux.
Vingt et un volontaires sains ont fabriqué leurs propres masques à partir de t-shirts en coton ; l’ajustement des masques a ensuite été testé. Le nombre de micro-organismes isolés de la toux de volontaires sains portant leur masque fait maison, un masque chirurgical ou aucun masque a été comparé à l’aide de plusieurs techniques d’échantillonnage de l’air.

Le masque chirurgical (témoin) testé démontre la filtration la efficace avec B atrophaeus. De plus, comme prévu, il parait être le matériau le plus approprié parmi ceux testés pour une utilisation comme masque facial.
Le masque fabriqué avec une taie d’oreiller ou un t-shirt 100% coton s’est avéré être le matériel de fortune le plus approprié pour un masque facial improvisé. La qualité extensible du t-shirt l’a rendu plus préférable pour un masque facial car il était considéré comme susceptible de fournir un meilleur ajustement.

Les deux types de masques chirurgicaux ou maison, ont considérablement réduit le nombre de micro-organismes expulsés par des volontaires, bien que le masque chirurgical ait été constaté 3 fois plus efficace pour bloquer la transmission que le masque fait maison.

Conclusions
Un masque protecteur peut réduire la probabilité d’infection, mais il n’éliminera pas le risque, en particulier lors d’une maladie à plusieurs voies de transmission.

Ainsi, n’importe quel masque, peu importe l’efficacité de la filtration ou la qualité du joint, est suivi d’un effet réduit s’il n’est pas utilisé conjointement avec d’autres
des mesures préventives, telles que l’isolement des cas infectés, le respect régulier de l’hygiène des mains, le respect des bonnes manières respiratoires ( ces bonnes manières sont simples : couvrez-vous le nez et la bouche lorsque vous toussez ou éternuez).

Un masque facial improvisé doit être considéré comme la dernière alternative possible si une offre de masques commerciaux est indisponible, quelle que soit la maladie contre laquelle il peut être utilisé comme protection.

Les masques improvisés faits maison aident à protéger ceux qui pourraient potentiellement, par exemple, être exposés à des risques de contagion liés à une fonction soin ou de proximité , ou être exposés du fait de fréquents contact avec des patients symptomatiques.
Cependant, ces masques ne fourniraient à ceux qui les portent qu’une protection limitée contre les micro-organismes des autres personnes contagieuses par voies respiratoires.
Nous ne recommanderions pas l’utilisation de masques faits maison comme méthode pour réduire la transmission d’infection par les aérosols.

Néanmoins les résultats suggèrent qu’un masque fait maison qui ne devrait être considéré qu’en dernier recours pour empêcher la transmission de gouttelettes par des personnes infectées, serait mieux que pas de protection du tout . (Disaster Med Public Health Preparedness. 2013 ; 0 : 1–6)

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés