Adhérez au Lien

13, rue Le Corbusier - 92100 Boulogne Billancourt
06 22 60 22 28

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Coup d’envoi du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR) lundi (...)

Article

Coup d’envoi du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR) lundi 3 octobre, au Mans.

6 octobre

Avec quelques uns des acteurs de la santé qu’il avait réunis au Mans ce lundi 3 octobre , François Braun, ministre de la Santé a donné le coup d’envoi du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR).

4 pistes prioritaires pour la feuille de route du volet santé du conseil national de la Refondation

- Un médecin traitant pour tous
- L’impératif de la permanence des soins
- L’attractivité médicale
- La prévention

Les constats sont faits et partagés, il s’agit maintenant de trouver des remèdes pour sauver le système de santé. Et… tout ne viendra pas d’en haut. Ce n’est pas un nouveau SEGUR mais c’est avec les citoyens des territoires que les solutions seront trouvées.

« Le diagnostic est alarmant, on le connaît, il est partagé », a déclaré le ministre de la Santé ; les professionnels, les élus locaux et les patients sont invités à « discuter librement sur les solutions, pas sur les problèmes ».

« Les Français attendent des réponses à très court terme pour l’égal accès à la santé. » Le ministre de la Santé a toutefois précisé lors d’un point presse que la régulation à l’installation « ne marche pas », bien qu’elle n’est pas « hors du débat ». « Vous allez déshabiller Pierre pour habiller Paul. »

Il se dit prêt à donner les moyens avec l’Assurance maladie pour investir dans la convention signée avec les médecins libéraux. « Mais les partenaires conventionnels devront s’engager : liberté et responsabilité, droits et devoirs, revalorisation et contrepartie. Quels que soient les termes utilisés, il y aura un équilibre à trouver pour progresser ensemble. Et j’ai l’espoir, et même la conviction, que nous le trouverons »

En médecine de ville, il va poursuivre quelques mesures, augmenter le nombre d’assistants médicaux (10.000 à horizon 2025), développer les CPTS ou communautés professionnelles territoriales de santé ; ainsi tout le territoire sera doté de CPTS fin 2023 ; il veut multiplier les maisons de santé pluridisciplinaires MSP, et généraliser le SAS, service d’accès aux soins dès l’année 2023. La régulation de l’interim médical va s’imposer et en particulier, les blouses blanches ne pourront plus commencer leur carrière par de l’intérim à la sortie d’école. Est - ce la fin des médecins mercenaires ?

Le champ de la prévention sera accéléré.

La question du partage de compétences entre professionnels de santé sera dans le débat.

Le ministre veut que les acteurs de la refondation réunis par territoires apportent des solutions « locales » à des problèmes « locaux ».
Attention toutefois aux risques d’inégalités de santé. C’est l’éternel juste équilibre entre une gouvernance locale revendiquée par les territoires à juste titre et une gouvernance d’en haut.

Claude Rambaud

Tous les articles